Je prends RDV
Mon compte
07/12/2022

Gérer le départ à la retraite en cabinet dentaire

Ah la retraite… Beaucoup l’attendent avec impatience, quand d’autres en sont effrayés et font tout pour ne pas y penser ! Mais, qu’est-ce que la retraite signifie ? La retraite fait référence à :

  • L’arrêt de l’activité professionnelle,
  • Mais aussi le revenu versé dans cette situation.

Le départ à la retraite est une étape de vie qui peut être bouleversante à bien des égards : fin d’un statut social, fin d’un certain revenu, fin des relations avec vos patients et votre équipe, vente du cabinet, etc. Mais pas de panique ! Ce n’est pas parce que vous clôturez une étape de votre vie que cela signifie que vous ne devez plus avoir de projets, au contraire !

Quel est le système de retraite des chirurgiens-dentistes ?

Voyons brièvement le système de retraite propre à votre profession. Le schématiser conduit à distinguer 4 degrés de protection :

  • Le premier est le régime de base, géré par une caisse de retraite bien spécifique : la Caisse autonome de retraite des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes (CARCDSF). Cet organisme de Sécurité sociale correspond à une des sections de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse des Professions Libérales (CNAVPL) qui regroupe dix Caisses de retraite des professions libérales.

    Le calcul des cotisations est basé sur les revenus déclarés. La cotisation est proportionnelle aux revenus nets non-salariés de l’année passée, et permet l’acquisition de points tout au long de sa carrière.  Le calcul de la pension se fait selon le nombre de points acquis.
  • Le deuxième est le régime complémentaire.
  • Le troisième correspond au régime PCV (Prestations Complémentaire Vieillesse).
  • Enfin, à ces régimes peuvent s’ajouter des régimes complémentaires privés.

Comment  préparer sa retraite de façon optimale ?

Avec un peu de chance, la durée de vos années de retraite pourrait facilement égaler celle de votre carrière professionnelle. Cependant, il faut beaucoup de planification et de discipline pour s’assurer des revenus permettant de vivre sereinement durant 20 à 30 ans. Epargner/investir en vue de la retraite est une question d’équilibre. Vous devez être en mesure de vivre correctement le présent tout en épargnant pour l’avenir. Il s’agit là d’un défi de taille. 

Voici 3 questions à vous poser pour avancer sur votre projet de départ à la retraite : 

1. De quel niveau de revenus vais-je avoir besoin ? 

La réponse ne peut être standard. Le montant de votre retraite dépendra de votre âge, de votre patrimoine actuel, de vos besoins actuels et futurs, de la présence ou pas d’enfants en études supérieures, de votre style de vie et du moment auquel vous souhaitez prendre votre retraite. Un ensemble de paramètres spécifiques sera à prendre en ligne de compte en fonction du montant de la pension versée, de l’évolution éventuelle de la loi et de chaque situation familiale. Néanmoins, on estime que la plupart des individus auront besoin de 60 à 80% de leur revenu pour maintenir leur niveau de vie à la retraite.

Il est vivement recommandé d’épargner pour préparer sa retraite (ce que vous faites probablement déjà) mais avoir une stratégie financière pour y arriver fait toute la différence.

2. Quel est le meilleur moment pour prendre ma retraite ?

La réponse sera fonction de paramètres individuels et doit faire l’objet d’un choix attentif. Dans tous les cas, le départ à la retraite est possible dès lors que le praticien atteint l’âge légal de départ, c’est-à-dire l’âge à partir duquel un assuré peut prétendre à ses droits, peu importe son nombre de trimestres.
L’âge de la retraite donc de l’année de naissance. Attention, cela ne garantit pas une retraite à taux plein.

Notons qu’il est possible de prendre sa retraite de façon anticipée, mais dans ce cas, le praticien se verra appliquer un coefficient de minoration. Au contraire, celui qui poursuit son activité au-delà de l’âge ou de la durée d’assurance nécessaire au taux plein recevra une majoration. 

3. Comment s’arrêter ?

L’arrêt total et brusque de l’activité n’est pas la meilleure solution. Privilégiez une sortie progressive qui s’avèrera moins douloureuse pour vous, votre équipe, vos associés si vous en avez, et vos patients. Il vous faudra de toute façon anticiper la vente de votre cabinet et de votre patientèle.

Nous vous conseillons de demander un bilan de votre situation à la CARCDSF (Caisse Autonome de Retraite des Chirurgiens Dentistes et des Sages-Femmes – une des sections de la CNAVPL) à partir de l’âge de 55 ans. De plus, nous vous recommandons de ne pas vous arrêter sans avoir un projet qui suivra : en effet, laisser place au vide après une vie professionnelle aussi riche et dense que celle d’un chirurgien-dentiste risque d’être difficile à vivre. Pourquoi ne pas programmer un long voyage vers des destinations que vous n’avez pas encore explorées ? Pourquoi ne pas vous fixer un défi sportif ? Faire du bénévolat ? Vous avez l’embarras du choix.

Le départ à la retraite est soumis à des règles qui évoluent sans cesse (la réforme des retraite est un sujet constant en politique) et les situations sont si variables qu’elles nécessitent une analyse propre et personnalisée. Par conséquent, il est vivement recommandé d’être accompagné(e) pour effectuer les démarches administratives adéquates et pour être renseigné(e) correctement. 

Nous vous invitons à nous contacter pour préparer votre fin de carrière en toute sérénité !

Nous vous rappelons également que la communication est essentielle. En effet, vous devez faire part de votre projet à vos patients, à votre équipe, à vos partenaires, vos correspondants, vos fournisseurs etc. Car le départ à la retraite n’a pas que des conséquences sur votre vie, mais bel et bien sur celle des autres aussi !