Je prends RDV
Mon compte
19/01/2023

De nouveaux métiers au cabinet dentaire !

Un paysage qui se complexifie : des conséquences sur l’organisation

Les cabinets dentaires font face à de profonds bouleversements depuis quelques années : développement des cabinets de groupe, explosion des nouvelles technologies, augmentation de la concurrence, changements dans les attentes des patients, modifications réglementaires profondes etc. 

Tous ces changements coïncident avec l’apparition de nouvelles fonctions, qui s’ajoutent à celles existantes. Désormais, les aides-dentaires, prothésistes, secrétaires, assistantes dentaires etc. travaillent en étroite collaboration (ou prennent leurs fonctions) avec les conseiller(e)s cliniques, les coordinateurs/trices des correspondants, les directeurs non cliniques, les responsables administratives, les assistant(e)s en communication ou community manager ou encore office manager. 

Selon les cabinets, ces appellations peuvent varier, ou bien ne pas exister alors même que quelqu’un (ou plusieurs personnes) en assure les missions. Tout ceci peut entraîner de la confusion et nous constatons très souvent que les cabinets perdent le fil et ne savent plus vraiment qui fait quoi. Cela entraîne des difficultés organisationnelles et de l’incompréhension chez les patients. Même si chaque chef d’entreprise chirurgien-dentiste tente bien que mal d’organiser les postes et les compétences de la meilleure façon possible, une clarification devient nécessaire. 

Focus sur 4 fonctions émergentes

A la Binhas Global Dental School, nous sommes conscients qu’un organigramme clair est indispensable pour le fonctionnement optimal du cabinet dentaire. Nous avons donc pris le temps d’analyser la situation actuelle et nous avons identifié 4 fonctions émergentes qui vont se structurer dans l’avenir. Il s’agit de :

  • Le/la conseiller(e) clinique,
  • Le/la coordinateur(rice) des correspondants, 
  • L’Office Manager,
  • Le/la directeur(ice) non-clinique.

Nous les détaillerons dans des articles de blog dédiés. En attendant, voici un schéma récapitulant ces 4 fonctions avec quelques informations de base.

Notez qu’une même personne peut occuper un poste qui regroupe plusieurs fonctions, à condition que sa fiche de poste soit claire. Par exemple, une assistante dentaire peut aussi avoir la casquette de la conseillère clinique. En d’autres termes, elle assiste le praticien au fauteuil tout en répondant aux questions du patient sur son plan de traitement par exemple.

Tous les cabinets ne vont pas forcément développer toutes ces fonctions : c’est au praticien titulaire de décider de l’organisation optimale pour sa structure, en fonction :

  • De ses besoins,
  • De ses moyens,
  • Des évolutions prévues,
  • Et des compétences de chacun.

A distinguer : fonction et poste

Pour mieux appréhender ces évolutions, il convient de distinguer deux termes qui ne font pas référence aux mêmes choses : celui de fonction et celui de poste. 

La fonction correspond aux missions qui sont rattachées au métier. Par exemple, la fonction d’assistante dentaire remplit les missions suivantes : assister le praticien au fauteuil, préparer la salle de soins, etc.

Le poste, quant à lui, est rattaché à la personne et au cabinet. Par exemple, Emilie Dupont occupe un poste regroupant les fonctions d’assistante dentaire et de conseillère clinique dans le cabinet du Dr Belledent. Nous pourrions même imaginer qu’elle occupe une troisième fonction comme par exemple community manager. Le poste serait donc constitué de ces 3 fonctions. Selon le degré de développement du cabinet, il devient possible de recruter une personne spécifiquement pour la fonction de community manager à temps plein par exemple. Alors, le poste d’Emilie Dupont se recentrera sur 2 fonctions : celles d’assistante dentaire et de conseillère clinique. 

En d’autres termes, lorsque le cabinet ne comprend pas beaucoup de personnel, chaque poste peut inclure plusieurs fonctions. Et plus la structure grossit, plus chaque fonction peut devenir un poste à part entière. C’est d’ailleurs dans ce type de structure que l’on peut rencontrer un(e) directeur/trice non clinique, qui supervise un(e) Office Manager, ce dernier/cette dernière supervisant le travail du reste de l’équipe.